Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
What Doesn't Kill you. [les docks]
Jason Todd


What Doesn't Kill you.

Jason & Stéphanie Bénis sont les gens dont la vie est sans crainte, sans doute, pour qui le sommeil est une bénédiction qui vient toutes les nuits et n'apporte que doux rêves. — Bram Stoker.

☾ ⋆  ☾ ⋆ ☾ ☼ ☽ ⋆ ☽ ⋆ ☽

Voilà un moment que les ombres se sont installées dans l'appartement somptueux, calme et paisible. Les secondes s'écoulent lentement, aussi doucement que résonne le tic-tac rassurant de la petite pendule accrochée au mur. A l'intérieur règne une impression de sérénité, de la propreté impeccable du foyer jusqu'au faible ronflement canin qui vient parfaire la toile. Tout inspire la sécurité entre ces quatre murs.

Tout, sauf les faibles gémissements paniqués qui proviennent du canapé.

Profondément ancré dans le pays des rêves et de l'illusion, Jason s'agite. Sa respiration devient rapidement erratique alors que des légers spasmes ne cessent de secouer son corps sous le regard inquiet de Murphy – maintenant alerte. Ses muscles se contractent involontairement, ses doigts sont crispés dans des poings serrés et un filet de sueur coule contre ses tempes. Ses démons le poursuivent même dans son sommeil, le torturent encore plus chaque nuit sans répit.

Le réveil aussi, est rude. Quelques minutes plus tard à peine, le garçon se redresse en sursaut avec un cri étranglé – son cœur bat la chamade tandis qu'il lutte pour reprendre son souffle. Il lui faut bien quelques secondes pour se reconnecter avec la réalité et noter l'absence de danger autour de lui. Jason soupire et se frotte pensivement les yeux humides avant de cacher sa tête entre ses mains. Encore un cauchemar dans lequel il se voit sombrer, de nouveau, vers un endroit obscur et brûlant. Encore des visions remplies de clowns tapis dans l'ombre et prêts à lui dévorer la moelle à la première occasion. Aujourd'hui, Todd en bave nettement moins qu'il y a quelques années, mais le jeune homme commence à désespérer que jamais les mauvais rêves ne disparaissent. Pas complètement.

Une grande respiration et Jason regarde grossièrement sa montre. 7:00 PM. Il a dû s'endormir sur le canapé, Murphy toujours docilement affalé sur son torse. Le garçon lui tapote gentiment le haut du crâne avant de se lever et se diriger vers la fenêtre du salon. Dehors, la vieille Gotham brille de mille feux alors que la nuit n'est pas encore complètement tombée. A l'horizon un halo orangé sillonne doucement entre les bâtiments. Bientôt, le crépuscule s'en ira.

Mais Jason n'a ni le temps ni l'envie de s’apitoyer sur son sort, il a des choses importantes à faire. Un peu d'eau sur le visage est tout ce qu'il lui faut pour reprendre complètement ses esprits et récupérer son masque implacable de confiance et d'arrogance. Ce après quoi il attrape rapidement son équipement de patrouille et quitte son appartement. C'est la même routine tous les soirs.

Gérer un empire de drogue n'a jamais été un business facile. Il faut régulièrement traiter avec des guys à moitié camés, pour ne pas dire totalement défoncés – sans oublier les combines à deux balles visant à te doubler. Pour être honnête, voilà quelques temps que Red Hood pense à se retirer du marché, à laisser en plan l'empire qu'il construit depuis son retour à la maison. Après tout, sa mission n'a plus vraiment lieu d'être ; il voulait principalement attirer l'attention de Bruce, et c'est chose faite. Pour le reste, il n'est plus aussi convaincu qu'à l'époque de faire ce qui est juste pour prévenir les dommages collatéraux. Des enfants continuent de mourir à cause de ces saloperies tandis que la peste poursuit sa progression dans les boyaux de la ville sans réel signe de régression.

Gérer un empire de drogue n'a jamais été un business facile. Surtout lorsque tu empiètes sur les plats de bande d'un gros poisson comme Roman Sionis. Mais voilà pourtant l'une des raisons élémentaires qui fait que Jason ne se sent pas encore prêt à raccrocher : il a toujours eu pour passion de faire chier le monde en faisant capoter des transactions, surtout lorsqu'il s'agit de son grand ennemi Black Mask. Cela ne date pas d'hier, il a toujours semblé aux deux hommes qu'il n'y avait de la place à Gotham City que pour un seul masque, rouge ou noir. Et maintenant que le royaume du Red Hood commence à faiblir, Roman en profite. Mais après tout, s'il doit bientôt tirer sa révérence, autant mettre un joyeux bazar dans le milieu, n'est-ce pas ?

Jason ne compte pas non plus se laisser écraser par son plus grand rival sans dire un mot, c'est une question de fierté. Il a ses indics qui lui ont parlé d'un grand coup préparé par Black Mask sur les docks et il compte bien faire une apparition. S'il y a de la marchandise à voler, armes ou drogue, ce sera toujours bon pour son business – sans compter que ce genre d'artilleries se porte toujours mieux le plus loin possible d'un dangereux psychopathe.

Le casque rouge est arrivé un peu tôt sur le lieu de rencontre, le temps de faire un premier repérage – même s'il connaît l'endroit comme sa poche. Il était déjà sur place quand les premiers hommes de Black Mask sont arrivés, ce qui lui a permis de déchiffrer leur organisation, de savoir précisément le nombre de gros bras présents et à quels postes. L'ancien disciple de la chauve-souris s'est ensuite assuré de placer des charges explosives sans se faire repérer à tous les points sensibles, une sorte de police d'assurance en cas de pépin. A tout moment il sera capable de créer une brèche dans la défense de Black Mask, rien qu'en appuyant sur un détonateur.

Maintenant le garçon est calé à quelques blocs du point de rendez-vous, sur une pile de containers de métal – les jambes affalées loin devant lui. Il se permet même de tirer sur une cancéreuse tout en sachant que le vent est contre lui et que les fumées de tabac n'ont aucun risque d'alerter les sbires de sa présence. Parfaitement détendu, Jason observe l'échange de loin, n'ayant cependant pas pu placer de micros assez proche pour avoir du son. Désormais il ne lui reste plus qu'à attendre l'action.


Codage par Magma.

__________
Jason Todd
Jason Todd
ADMIN ❖ if found please return to Ravager

Profil
Perso
What Doesn't Kill you. [les docks] Tumblr_nldcbbjmI71rc0x8uo9_400

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 31/01/2018
Crédits : Twizzle
Messages : 375
Batarangs : 24
Age du joueur : 22 Outlaws
http://legendsofdc.creationforum.net/t1800-dead-or-alive-x-jason-todd http://legendsofdc.creationforum.net/t1845-jason-x-under-the-red-hood#28659 http://legendsofdc.creationforum.net/t1846-red-hood-x-i-m-a-lonely-boy#28664 http://legendsofdc.creationforum.net/t1844-arcs-narratifs-de-jason-todd#28656
Mer 24 Avr - 12:50
Revenir en haut Aller en bas
Stéphanie Brown
What Doesn't Kill You
Jason & Stéphanie

« What doesn't kill you makes you wish you were dead. Got a hole in my soul growing deeper and deeper and I can't take one more moment of this silence, the loneliness is haunting me and the weight of the world's getting harder to hold up »
Ce soir ne sera pas encore celui où la jeune femme se reposera. Si les cauchemars étaient de plus en plus espacés, elle n'avait aucun mal à se priver de sommeil ingurgitant des cafés en prétextant qu'elle se devait de revêtir son costume noir et violet afin d'aider un peu sa ville à respirer et peut-être éviter un crime. Elle l'avait bien apprise, sa leçon, elle prenait au moins une personne de son entourage -de préférence connaissant sa double identité- qu'elle partait en patrouille dans les rues de Gotham et ne s'attaquer pas à de trop grosse tête sans demander du renfort au-préalable... même si parfois sa nature revenait au grand galops et qu'elle voulait foncer tête baissé, s'inventant une raison ou une autre pour ne pas attendre... mais lorsqu'il s'agissait vraiment de grosses têtes connues elle attendait. Sa rencontre avec Black Mask l'avait vraiment échaudé sur ce plan et elle espérait ne plus jamais revivre ce qu'elle avait vécue et tout le bordel qui s'en suivit.

Son rythme cardiaque s'accélère, la nervosité la gagne alors qu'elle repense à ce moment de sa vie, comment elle a fuit Gotham pour pouvoir se reconstruire puis revenir pour finalement blesser ses amis. Heureusement, la plupart semble à présent heureux de retrouver la blondinette, mais elle sait que dans le cœur de certains, l'amertume de cette aventure restait, savoir pourquoi elle n'avait pas tenté de laisser ne serais-ce qu'un petit indice leur permettant de douter sur sa mort, qu'il y avait cette espoir que finalement elle n'avait pas quitter ce monde. Si c'était à refaire ? Elle ne le ferait pas, ou peut-être que si... Son cœur balance toujours entre les deux options, pour pouvoir les alléger de ce deuil qui n'avait pas lieu d'être, mais la peur qu'ils se retrouvent les cibles de Black Mask pour pouvoir la retrouver et finir le travail... même si c'était assez égocentrique de sa part de croire qu'il pourrait venir à sa poursuite... et pourtant... l'avenir lui donnera certainement raison. Elle se rongeait donc les ongles en voyant l'heure avancer, son service serait bientôt terminé et elle pourrait rentrer chez elle engloutir un repas peu goûteux et encore moins équilibré pour pouvoir enfiler son costume et sortir à nouveau dans Gotham. Pas qu'elle n'aimait pas son logement... mais moins elle y restait, mieux elle se portait !

Ce qui attristait Stéphanie, c'est que Gotham n'avait pas changer durant son absence, malgré la présence de Batman... ou plutôt comme elle l'eut découvert, nightwing prenant le rôle de Batman, les autres héros connus et moins connus, le crime proliférait toujours et les rues étaient investies par les criminelles, de nuit comme de jour ! Même si sous l'astre solaire, ils faisaient un peu moins de bruit, comme si le manteau épais de la nuit pouvait aider à cacher leur méfait et les protégeait en quelque sorte, c'est pour cette raison qu'elle n'a pas raccroché définitivement son costume la petite. Elle ne l'avouera pas à haute voix, mais il y a aussi cette adrénaline qu'elle adore, être masquée et non reconnue, pouvoir courir en toute liberté et parfois même réussir à passer d'un immeuble à un autre, puis ça l'aidait aussi à se tenir éloigné des médicaments.

Son shift fini, elle rentre enfin chez elle, où tout du moins c'est ce qu'elle pensait faire, mais un bruit dans une ruelle attira son attention un « au secours » un peu trop récurant, elle s'engouffra donc dans la rue et mit à terre l'homme en moins de deux avant que ce dernier ne prenne ses jambes à son cou. En bonne citoyenne et vigilente, elle raccompagna la jeune femme à qui on avait essayer de voler son sac quelques minutes auparavant. La route était un peu longue, mais elle pouvait bien faire ça, la victime étant encore toute tremblante... elle ne devait pas habiter dans la ville depuis longtemps ! Elle habitait près des docs, tant mieux, elle pourrait ainsi y faire un petit tour, voir s'il n'y avait rien de louche.

Arrivée aux docks, elle marchait avec un peu plus de retenu, comme un chat pour éviter de se faire entendre si jamais quelqu'un s'y trouvait... mais c'était sans compter sur une sentinelle. Merde. Voilà qu'elle entend un mec dire « Putain, elle est pas morte elle ?! » Son cœur fait un bond, inutile de trop réfléchir pour savoir dans quel camp il était. Puis il s'en suivit d'un « Viens là ma belle, je vais m'occuper de toi ! » Il sembla envoyer un message avec son téléphone tout en s'approchant dangereusement d'elle. En position défensive, elle s'occupa d'abord de mettre KO le téléphone en espérant que le destinataire ne reçoive jamais ce message, puis s'en suivit un petit combat entre les deux. Oh, il réussit à la faire tomber au sol avec un bon gros crochet du droit, mais elle se remit rapidement sur ses jambes et elle lui asséna plusieurs coups afin de ne pas lui laisser l'occasion de riposter et finit enfin par le mettre KO au bout d'une bonne dizaine de minutes. Voulant fuir, elle passa... par le mauvais chemin !

« Oh you've got to be kidding me... »

Des mots qui s'échappe de ses lèvres en un souffle, ses épaules s'affaissant alors qu'elle se retrouve éclairée par l'un des lampadaires et qu'elle manqua de foncer surtout dans l'un des mecs qui semblaient faire du trafique. Elle devait tout de même être l'une des personnes les plus poissardes de la ville pour réussir à résoudre un problème et foncer dans un autre... sans porter son costume qui plus est pour cacher son identité ! Regardant autour d'elle, cherchant une porte de sortie, elle tenta de fuir vers les contraires, avec un peu de chance elle pourrait les perdre dans ce labyrinthe de métal.
(c) DΛNDELION
Stéphanie Brown
Stéphanie Brown
~ Spoiler ~

Profil
Perso
What Doesn't Kill you. [les docks] Tumblr_ophvlj8rWd1vboct7o3_400

Pseudo : Jo
Date d'inscription : 23/12/2018
Crédits : Blake.
Messages : 225
Batarangs : 41
Age du joueur : 30
http://legendsofdc.creationforum.net/t2484-stephanie-brown-well-surprise-i-m-not-dead-yet#46047 http://legendsofdc.creationforum.net/t2488-stephanie-brown-the-long-hard-road-out-hell#46114 http://legendsofdc.creationforum.net/t2487-spoiler-she-shines-in-a-world-full-of-ugliness#46106 http://legendsofdc.creationforum.net/t2489-arcs-narratifs-de-stephanie-brown#46117
Mer 21 Aoû - 19:53
Revenir en haut Aller en bas
Jason Todd


What Doesn't Kill you.

Jason & Stéphanie Bénis sont les gens dont la vie est sans crainte, sans doute, pour qui le sommeil est une bénédiction qui vient toutes les nuits et n'apporte que doux rêves. — Bram Stoker.

☾ ⋆  ☾ ⋆ ☾ ☼ ☽ ⋆ ☽ ⋆ ☽

Un nuage de fumée s'échappe dans la nuit, ne devient bientôt plus qu'un vague souvenir balayé par la brise fraîche du soir. Les minutes meurent tandis que l'ennui de l'observateur silencieux demeure ; mais il reste immobile, imperceptible aux yeux des mauvais types qui s'apprêtent à s'enfoncer dans ses filets – comme une gargouille veillant sur les hauteurs de Gotham City. Le tabac s'épuise dans la cancéreuse. Red Hood soupire avec lassitude, arrache la clope de sa bouche et broie sans ménagement l'embout encore brûlant de son mégot contre la structure métallique sur laquelle il campe. Une fois achevé ce geste devenu pour lui aussi naturel que le fait de respirer, Jason referme la visière de son casque et active le zoom focal sur la scène qui l'intéresse. Toujours rien à signaler ; à croire qu'il est tombé sur le trafique clandestin de déambulateurs du foyer logement du coin.

>sigh< Surtout prenez votre temps les gars, personne ne m'attend à la maison de toute manière, il marmonne.

Un vague regard sur les environs lui assure l'inexistence de mouvements suspects dans le coin, tout se déroule le plus parfaitement du monde. Wait. Depuis quand ses plans se passent comme prévu ? Il y a toujours une petite explosion inattendue, un rival remonté qui pointe le bout de son nez ou, pire encore, un rat volant prêt à tout faire capoter juste pour se mêler de ses affaires et s'assurer que Jason ne tue pas de criminel par inadvertance. Comme si ce serait une grande perte. Mais ce soir, rien. Tellement rien que ça devient déprimant – et en tant qu'ancien dépressif Todd pèse ses mots. Le garçon hausse les épaules. Après réflexion peut-être bien qu'une petite mission sans embûches ne lui fera pas de mal : il n'est pas d'humeur particulièrement sociable aujourd'hui. Non pas que ce soit un mot qui fasse réellement partie de son vocabulaire courant - sauf agrémenté d'une jolie négation...

Un nouveau couple de minutes passent. Red Hood est en train de taper les premiers mots sarcastique qui accompagnent son énième selfie blasé à l'attention de Rose lorsque ses détecteurs de mouvement sont activés. Jason fronce les sourcils et se redresse, soudainement alerte. Il ouvre la notification sur son portable pour savoir quelle zone du périmètre a été violée : nord-est. Les trafiquants eux, ne semblent pas encore au fait des nouveaux éléments. Ou alors ils ne s'en soucient pas. Sans micros, Jason est incapable de savoir s'il s'agit de renforts, d'un pseudo-justicier qui veut jouer au héros ou même d'un civil inconscient - prêt à passer un sale moment. Le prodige oublié soupire et jette un ultime coup d’œil aux trafiquants. Pour la dernière possibilité évoquée, il décide de prendre le risque de vérifier la zone mouvementée : il a beau rejeter tous les beaux principes enseignés par Bruce et son adorable labrador, il n’empêche que la conscience de Jason l'empêche de jouer avec la sécurité d'un civil – aussi stupide soit-il pour s'aventurer aux docks à une heure si tardive. Pas quand il est lui-même impliqué.

Visiblement l'homme au casque rouge arrive après la fête. Des traces fraîches de combat jonchent le petit compartiment formé de caissons de métal, à commencer par le corps inerte sur le sol : l'un des sentinelles que Jason a repérés un peu plus tôt.

D'accord, là ça devient intéressant.

Ne restent plus que les thèses du justicier un peu emmerdant qui lui vole sa guerre de parrain de la pègre, ou des trafiquants étrangers qui essayent de baiser Black Mask. Jason espère fortement que ce sera ce dernier cas, histoire qu'il puisse se tirer tranquillement avec la marchandise pendant que les deux camps se taperont dessus. Après tout, ce serait plus plausible qu'un civil ninja qui se serait perdu au milieu de cette petite entreprise…

Un élément attrape tout de même le regard du détective : un portable oublié dans le feu de l'action. Jason retourne l'engin. L'écran est brisé, mais l'objet est toujours déverrouillé sur la messagerie. Si les innombrables fissures de la vitre empêchent l'ancien Robin de lire le dernier message tapé, il est néanmoins capable de lire la notion « envoyé » au bas du message, moins d'une minute auparavant. Et le destinataire. « Boss ». D'accord, là les choses vont purement et simplement dégénérer. Jason range rapidement le portable dans sa poche – il pourra servir plus tard - et escalade de nouveau les caissons métalliques pour retourner à son point de départ, le lieu du deal. Parce que c'est ici que tout va se jouer.

'the hell ?

Une civile. Finalement c'est bien une civile, qui s'est retrouvée au milieu de tout ce merdier... Et qui a mis le gros gars au tapis. La bonne nouvelle, c'est qu'on évite la guerre des gangs (pour le moment) et qu'il n'y a pas de renforts immédiats. La mauvaise nouvelle ? C'est qu'il va falloir la sortir de là même si elle semble savoir se défendre seule, quitte à faire capoter toute son opération - et c'est sans compter sur le message qu'est parvenu à envoyer le chien de garde un peu plus tôt et donc l'assurance que plus de membres du fan club du Masque Noir sont à venir.

Putain, c'est qui elle encore ? Qu'est-ce qu'elle fout ici, et plus important encore, qu'est-ce que Black Mask lui veut ?

Une chose est sûre, c'est que si elle a mis Sionis en pétard, alors il l'approuve déjà. Du moins ce serait le cas si elle n'avait pas débarqué comme un chien dans un jeu de quilles au beau milieu de son opération.

La demoiselle s'arrête sous un faisceau de lumière et semble jurer dans sa barbe : cette silhouette lui semble curieusement familière, mais Jason ne parvient pas à mettre un nom sur cette tête – surtout à cette distance. C'est comme s'il l'avait déjà vue en photo ou sur un film, qu'il avait la sensation de la connaître sans vraiment l'avoir rencontrée auparavant. Mais il n'a pas le temps de refaire tous ses albums photos mentalement, la blondinette se retrouve coincée au milieu des trafiquants et d'une caisse remplie d'AK-47 en parfait état : visiblement c'est le moment de tester la marchandise. Et la cible, c'est l'inconnue terriblement malchanceuse.

Une détonation, et toutes les charges explosives installées initialement par le Red Hood explosent dans un dangereux ballet de feu digne d'un 4 juillet. L'enfer se déchaîne autour des protagonistes sous la supervision de Jason, la fumée se propage : la diversion fonctionne à la perfection. Le masque rouge profite de la confusion et de la terreur générale qu'il a provoquée pour passer à l'acte, certains lascars criant le nom de Batman dans le processus : comme si le vieil homme avait des entrées en scène aussi fracassantes que les siennes. Petit conseil pour les super vilains : généralement, quand ça fait « BOUM » alors attendez-vous plutôt à voir le Red Hood se pointer – Jason fait toujours dans la finesse. Là alors, vous pourrez faire dans vos frocs pour une bonne raison.

Sa monture d'acier ronfle joyeusement alors que Jason enfourche la moto jusqu'ici cachée dans l'un des innombrables containers, en attente pour un soupçon d'action. Pleine puissance, veste de cuir au vent et le voilà qui dépasse les méchants garçons à travers les murs de terre et de feu – non sans donner un coup de pied dans le buste de l'un d'eux au passage. Mais les gardes des alentours se sont joints à la bagarre sans attendre le carton d'invitation, les bougres. Au moins ça veut dire que le périmètre n'est plus autant sécurisé, il y a une faille dans leur défense. Jason sort l'un de ses flingues jumeaux avant de déraper sur le sol poussiéreux entre la jeune fille badass et les hommes de main de son rival pour terminer sa course en pointant le bout de son canon dans leur direction, invitant la fuyarde à monter dans son dos.

Surprise bitches !, qu'il sourit cruellement avant de canarder sans pitié la foule – de manière non létale, bien entendu, des fois qu'un bat-morveux ne lise ce récit.

Pensez bien à présenter mes salutations les plus distinguées à mon copain Black Mask, les gars !


Codage par Magma.

__________
Jason Todd
Jason Todd
ADMIN ❖ if found please return to Ravager

Profil
Perso
What Doesn't Kill you. [les docks] Tumblr_nldcbbjmI71rc0x8uo9_400

Pseudo : TWIZZLE
Date d'inscription : 31/01/2018
Crédits : Twizzle
Messages : 375
Batarangs : 24
Age du joueur : 22 Outlaws
http://legendsofdc.creationforum.net/t1800-dead-or-alive-x-jason-todd http://legendsofdc.creationforum.net/t1845-jason-x-under-the-red-hood#28659 http://legendsofdc.creationforum.net/t1846-red-hood-x-i-m-a-lonely-boy#28664 http://legendsofdc.creationforum.net/t1844-arcs-narratifs-de-jason-todd#28656
Mar 17 Sep - 0:07
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé

Profil
Perso
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: